Difficile pour moi d’y répondre de manière objective car:

1) En France, la « diplomite » et la conformité sévissent encore, rassurent et attribuent LA carte d’entrée.

2) J’avoue que je suis reconnaissante de ne pas avoir démarré il y a 15 ans sous condition de posséder un titre pro, mais bien un niveau d’étude avancé dans mon domaine couplé à des aptitudes décelées en ma jeune personne. C’est peut-être même ce qui m’a rendue meilleure tous les jours. « Learning by doing » ça fonctionne.

3) Le parchemin du diplôme est loin d’une preuve du ..chemin…parcouru pour être légitime dans cette voie professionnelle à fort enjeu.

J’ai bien entendu, un avis (provisoire puisque les décrets à venir me feront réécrire ce post…) 🤓et ma réponse sera donc la suivante aujourd’hui: « Ce n’est pas le titre ou le niveau de votre diplôme qui vous donnera la compétence et l’accès (à ce jour) à la formation professionnelle. » (J’exclus dans ce post les aspects administratifs pour le moment).

************************************************************************************ A NOTER: Selon le Code du Travail, la législation en cours est relativement floue quant à la qualification des formateurs professionnels. L’article L. 6352-1 du code du travail indique que la personne qui dispense des formations doit “justifier des titres et qualités des personnels d’enseignement et d’encadrement (L. no 2009-1437 du 24 nov. 2009, art. 49) qui interviennent à quelque titre que ce soit dans les prestations de formation qu’elle réalise et de la relation entre ces titres et qualités et les prestations réalisées dans le champ de la formation professionnelle”. Dans ces conditions, une formation de formateur, et le parchemin officiel sauront matérialiser cette preuve! C’est ainsi que l’arrêté du 11 décembre 2017 inscrit au répertoire national des certifications professionnelles, le titre professionnel de formateur professionnel d’adultes TP FDA. ********************************************************************************

Je propose plutôt de se poser plus justement la question par l’angle des compétences:  « Quelles compétences attend-t-on de moi du point de vue apprenant, organisme de formation, client commanditaire etc.? »

Dans ce cas, la réponse est que : L’expertise (le savoir) ne fait pas le formateur. Un formateur c’est un bon mélange de savoir-faire et de savoir être avant même d’être le meilleur dans son champ d’expertise. Il est probable que vous ayez déjà certaines de ces compétences lorsque vous vous posez la question de pouvoir former. Dans le cas contraire, les formations pour devenir formateur sont là pour vous les transmettre et réveiller le formateur/ la formatrice en vous.    

💡Mon conseil: Ok, s’engager dans un parcours de formation démontre un engagement, une démarche avec l’obtention d’un titre. Un certificat de compétences, ou un parcours de formation ciblé rassureront, donneront des repères. Dans ce cas, choisissez le parcours qui vous ira le mieux puis comptez sur la magie qui s’opérera en vous, en vos apprenants et le terrain fera de vous le formateur/ la formatrice!

🔎Informez vous sur les différentes options (Formations aux méthodologies, VAE, Cycle courts/longs, Certifications, Titre Pro) et la cohérence avec votre projet.

Voici un exemple de parcours court certifiant pour professionnels en activité avec mon partenaire: https://www.masterclass-formation.fr/formateurs/formation-pour-formateurs.html

Sincerely Yours, Patricia

S'inscrire à notre newsletter

S'inscrire à notre newsletter

Rejoignez notre communauté DY et recevez des astuces et informations utiles àvotre activité de formation!

Bravo, vous êtes désormais inscrit!

Pin It on Pinterest

Share This